· 

Primes maladie: 120'000 Genevois vont être aidés

 

Bien sûr, les Genevois sont gagnants. L’analyse est partagée par tous les partis, sauf l'UDC. Bientôt, beaucoup plus de bénéficiaires qu’aujourd’hui ( 120’000 au lieu de 53’000) percevront des subsides d’assurance-maladie nettement plus généreux (échelonnés de 40 francs par mois à 300 francs par mois, contre une fourchette actuelle allant de 30 francs à 90 francs). 75,45% de la population a en effet accepté le contre-projet du Conseil d’Etat, opposé à l’initiative de la gauche (IN170), qui proposait de plafonner les primes payées par les assurés à 10% de leur revenu. Celle-ci a aussi été acceptée, de justesse (50,72% de oui), mais la question subsidiaire a fait pencher la balance du côté du projet gouvernemental, préféré par 54,14% des votants.

 

Demi-victoire

Les Genevois sont gagnants, mais… Il ne s’agit, selon les termes employés par les uns et les autres, que d’une «faible victoire» (PDC), d’un «pas intermédiaire» (les Verts), d’un «élément pour tenir le coup en attendant la réforme de la Lamal» (Ensemble à Gauche), d’une «demi-victoire d’étape» (PS). C’est que ce projet, qui coûtera 186 millions de francs par an à l’Etat, «n’agit ni sur les coûts de la santé, ni sur le niveau des primes, juste sur leurs conséquences», remarque la députée PDC Delphine Bachmann.

 

La puissance des lobbies

Ainsi Francisco Valentin, le président du MCG, remarque-t-il qu’il va maintenant s’agir de «lutter à Berne contre la hausse des primes. Mais tant qu’il y aura des lobbies aussi puissants au Parlement fédéral, ce sera un combat quotidien. On se heurte à quelque chose d’énorme. Le problème de fond n’est pas résolu et il reste énormément de boulot.»

 

«Les gens ont eu peur du trop»

A Genève, la gauche fait néanmoins contre mauvaise fortune bon coeur, tout en déplorant, comme le patron des Verts Nicolas Walder, que l’initiative était «plus claire, plus rassurante aussi, car elle ancrait les changements dans la loi et donnait des garanties». Elle était également plus redistributive, observe Jocelyne Haller, d’Ensemble à Gauche. «Les gens ont eu peur du trop», regrette-t-elle. La socialiste Carole-Anne Kast est ainsi «satisfaite mais frustrée. Sans l’initiative, le contre-projet n’aurait jamais existé, et il amène une respiration à la population. La deuxième étape va maintenant se dérouler au niveau fédéral.» Elle analyse par ailleurs que les résultat du scrutin est somme toute logique, les gens ayant finalement voté «selon leurs intérêts»: l’initiative était plus redistributrice, autrement dit, «environ 50% des Genevois y aurait gagné, et 50% peut-être perdu via la fiscalité». Justement, le résultat est d’environ 50-50.

 

«L'expression d'un ras-le-bol»

Reste que les deux textes ont été acceptés, seule la question subsidiaire les départageant, et la PDC Delphine Bachmann y voit «l’expression d’un ras-le-bol» d’une population étouffée par le niveau des primes. Elle se félicite néanmoins que le contre-projet ait passé l’épaule, «car il cible les bonnes personnes et évite un effet arrosoir». Le député PLR Cyril Aellen développe le même point de vue. «Le contre-projet est adéquat car il vise une bonne population cible: la classe moyenne. Et le moyen choisi pour diminuer la charge des primes est très bon.» 

(20 minutes)

 

Soutenez nous !

 

Sans vous, nous n'en serions pas arrivés là ! 

Si vous appréciez notre travail, vous avez la possibilité de nous donner un petit coup de pouce financier.

 

L'argent récolté servira au développement de la radio et de ses activités. Nous sommes très reconnaissant pour chaque somme reçue. 

 

Pour nous soutenir, c'est très simple. Il vous faut juste nous verser le montant à choix à l'IBAN suivant :

IBAN CH97 8080 8008 7156 7465 9 (Radio LOL FM) 

 

L'équipe vous remercie d'avance 😉

Radio LOL FM en direct


Les podcast Radio LOL FM